Accueil > Actualités > Action

Action

le lundi 11 décembre 2017
Les arbitres portugais veulent être respectés et posent un ultimatum !

Faisant face à une vague de contestations et de mises en cause, les arbitres portugais ont décidé de réagir par l'intermlédiaire de leur syndicat. Par un communiqué (voir ci-dessous), ils exigent l’ouverture d’un dialogue sur les relations avec les acteurs, le renforcement du code disciplinaire et la fin des mises en cause. Le préavis à une action sous 20 jours…

 

COMMUNIQUE DE L’ASSOCIATION PORTUGAISE DES ARBITRES DE FOOTBALL (APAF)

Les arbitres et les assistants C1 ont décidé à l’unanimité d’introduire une demande de dispense de désignation qui prendra effet à l’issue des délais réglementaires, soit 20 jours. L'absence des arbitres aux compétitions professionnelles sera effective, à cette date si les conditions suivantes ne sont pas remplies : cesser toutes insinuations, par les clubs et les acteurs sportifs, mettant en cause et insultant l'honneur des arbitres. Clubs et acteurs s’entendent : présidents, entraîneurs, joueurs et autres salariés, soit par des moyens de communication personnels ou réseaux sociaux.

Cette période sans insinuations concerne toutes ces fonctions et tous les moyens de communication. Pour éviter toute interprétation, nous considérons comme insinuations : accuser les arbitres de faire une erreur délibérée ; accuser les arbitres de léser toujours le même club ; se référer, directement ou indirectement, à un acte de corruption non prouvé ; insulter les arbitres ou les traiter de "sifflet d'or" (en référence à une grosse affaire de corruption au Portugal), ou d’autres malheureusement utilisées par plusieurs clubs en ce moment.

Pendant ces 20 jours, nous sollicitons des réunions avec le Président et la Direction de la Ligue, avec l’objectif de définir et d'approuver un organisme de contrôle qui sanctionne ceux qui ne respectent pas l’éthique et le code disciplinaire, comme cela se fait à l’UEFA. Ce nouvel organisme sera validé par la Direction de la Ligue pendant cette période et soumis à l'Assemblée générale de la Ligue avant le 31 décembre 2017, et mis en application dans les délais réglementaires.

Nous considérons notre position et juste et mesurée.  Cela laisse à la Ligue et aux clubs professionnels suffisamment de temps pour agir pour la défense de leurs compétitions. Les arbitres font preuve aujourd'hui - comme ils l'ont toujours fait - de bon sens. Mais ils ne veulent être les seuls à s’y soumettre. Personne ne peut mettre en doute l’indépendance des arbitres ; si cela ne change pas dans les 20 jours, les arbitres n’accepteront plus que leur honneur et leurs noms soient salis par ceux qui font le football professionnel. Nous souhaitons engager une réflexion urgente pour le bien du football portugais, impliquant tous les acteurs et partenaires. Les conditions de sérénité, de respect et de sécurité, absolument indispensables aux arbitres pour entrer sur le terrain, ne sont plus respectées. Quelque chose doit être fait tout de suite pour le football !

L’APAF et les arbitres ont décidé de créer un bureau juridique spécifique, conçu pour surveiller et analyser l'ensemble des déclarations publiques, afin de d’engager toute action pénale envers les personnes mettant en cause les arbitres.

L'APAF adressera ce jeudi à Ligue une demande pour tenir dans les plus brefs délais une première réunion de travail pour définir et faire adopter des règlements disciplinaires qui punissent réellement ceux qui ne respectent pas les arbitres.

Fatima, le 22 novembre 2017

L'APAF et les Arbitres