Accueil > Actualités > Arbitre et confiné

Arbitre et confiné

le vendredi 17 avril 2020
"... j’ai moi-même laissé des mots de soutien à mes voisins !"

Arbitre féminine F1 et internationale, Victoria BEYER a répondu à nos questions durant son confinement.

Journée type ?

Sur le plan du sommeil, je garde mes habitudes : 22h30 au lit ! Je profite aussi de ce confinement pour faire du rangement et du tri.

Sur le contenu de mes séances, j’ai le choix : je ne m’impose pas de limites afin que ce ne soit pas une contrainte. Au niveau de la course, l’entraînement est réduit mais j’ai la chance d’avoir des vignes en face de chez moi. Je le fais en respectant strictement les règles de confinement, d’autant plus que les gendarmes contrôlent même dans les vignes ! Pour le reste j’utilise mon garage et du petit matériel comme l’élastique et la corde à sauter pour travailler.

Sur le plan théorique, je reçois 5 vidéos par semaine de l’UEFA et 5 par jour de Stéphanie Frappart (Arbitre de Ligue 1 et Présidente de la Commission Féminine) pour continuer à travailler l’uniformisation des décisions. J’en profite aussi pour réviser les Lois du Jeu.

Manque de rythme ?

Il y a forcément une petite perte de rythme au niveau de l’endurance, mais je prends quand même soin de moi afin de garder ma masse musculaire. Je prends le temps de bien m’étirer, c’est important. Je fais également du vélo de maison mais ça peut devenir redondant avec le temps !

Ce qui vous manque le plus ?

Voir mes proches, mais les réseaux sociaux nous permettent de garder le lien avec la famille et les amis. Ne pas pouvoir arbitrer, être dans un stade et siffler, ça crée aussi un manque. Ça me manquerait presque d’avoir des « galères » de réservations d’hôtels ou des retards sur les trains ou les vols (rires !) !

Un mot pour ceux en première ligne ?

Juste un grand merci d’être présent(e)s, de donner autant de votre personne pour le bien du plus grand nombre ! Merci pour cette solidarité ! Je trouve déplorable que des gens puissent déposer des mots demandant à leurs voisins travaillant dans les hôpitaux de partir... C’est justement le moment de les soutenir, j’ai moi-même laissé des mots de soutien à mes voisins !